Les écoles du désert Conçue et imaginée par l’Agence GAO, Les écoles du désert, opération d’aventure humanitaire unique au monde, a vu le jour en 1992, permettant ainsi chaque année à 75 enfants, âgés de 11 à 13 ans, sélectionnés par un concours de dessin, de partir une semaine en Afrique pour distribuer du matériel scolaire. Du Niger à la Mauritanie, en passant par le Bénin, le Togo, le Burkina Faso et le Mali, des villes mythiques comme Agadez, Chinguetti, ou Tombouctou, en passant par de plus petits villages comme Timia, Terjit ou Irelli, ce sont plus de 40 000 écoliers africains qui ont reçu en 22 ans, plus de 150 tonnes de fournitures de base (cahiers, stylos, ardoises, craies...) distribuées par plus de 1515 enfants français, belges ou luxembourgeois. Mais, au-delà des frontières, unies par l'enfance, Les écoles du désert, c’est une action à double vocation : fournir du matériel scolaire d’une part et découvrir une autre culture d’autre part.

Faire découvrir à ces jeunes européens une autre culture, les initier aux rites de la vie locale et les plonger dans un autre univers.

 

La remise du matériel scolaire s'accompagne immanquablement de danses et de chants organisés par tous les villageois et après les incontournables discours, la fête peut commencer. Le terrain est alors favorable à la découverte. Dans tel village, on visite les habitats traditionnels ; dans tel autre, on s'initie à la culture maraîchère et son système d’irrigation ; ou encore dans cette ville inscrite au patrimoine  mondial de l’humanité par l’Unesco, on découvre par le biais d’une chasse aux trésors, les secrets cachés d’une civilisation.

Les animations sont différentes d’un village à l’autre, on profite des caractéristiques ethniques, des particularités géographiques, pour mettre l’accent sur un élément distinctif de la culture rencontrée.

En moyenne, les enfants passent trois à quatre heures dans chaque village doté, le but n’étant pas de déposer les fournitures scolaires puis de repartir aussitôt mais au contraire de favoriser les échanges entre les enfants. Cette ambiance festive est propice à l'échange : que ce soit par les jeux mis en place ou par les activités d'initiation, les contacts entre les enfants se créent, les regards des enfants amusés se font complices, les rires fusent, la bonne humeur s'installe.

Pour ces jeunes aventuriers, l’émotion est forte, la plupart n’ont jamais pris l’avion, jamais quitté leurs parents.

Tous en reviennent transformés, ils ne sont plus tout à fait les mêmes, chacun à sa façon garde en lui l’empreinte de toutes ces émotions vécues.

Nous avons régulièrement des contacts avec les anciens ambassadeurs, maintenant adolescents et mêmes adultes, voire parents pour ceux des premières années …

Nous connaissons maintenant l’impact de cette semaine hors norme sur leur cheminement de vie, personnelle et aussi professionnelle.

Il est incroyable d’entendre ces adultes qui, 20 ans après, continuent de témoigner de l’impact de ce voyage sur leur vie : telle Marie, sage femme dans le nord de la France et qui résume ainsi sa trajectoire :

« À 13 ans, on ne rentre pas indifférente d’une telle expérience, ce voyage a changé ma vie et si j’ai décidé de vivre pour donner la vie et m’occuper des autres je le dois à cette aventure ! ».

Doter en fournitures scolaires, en pleine brousse les élèves démunis, là où les écoles vivent si difficilement.

 

Dans la plupart des pays, l’école est gratuite, la seule obligation des parents est de fournir le matériel nécessaire à la scolarisation des enfants. Malheureusement beaucoup de familles ne peuvent même pas acheter ce minimum indispensable : cahiers, stylos, ardoises, craies et crayons.

Cette impossibilité financière est souvent le prétexte idéal pour les parents qui préfèrent garder les enfants à la maison pour les travaux quotidiens : cuisiner, entretenir la maison, élever les petits frères et sœurs pour les filles et garder les troupeaux ou travailler aux champs pour les garçons.

Pour remédier à cette situation, Les écoles du désert apportent des fournitures scolaires de base et les distribuent directement dans la cour des écoles. Les parents d’élèves « récalcitrants » peuvent ainsi visualiser le matériel dont leurs enfants vont pouvoir disposer gratuitement.

Il est fréquent de voir les effectifs d’élèves, augmenter sensiblement après le passage des écoles du désert.

L’organisation des écoles du désert représente chaque année :

• Une caravane de plus de 155 personnes

• 75 enfants de 11 à 13 ans encadrés par 40 adultes

• 40 logisticiens, chauffeurs, cuisiniers, sur le terrain

• 3 médecins dont deux urgentistes.

• 8 tonnes de fournitures scolaires de base distribuées aux écoliers du désert : (35 000 cahiers, 30 000 stylos, 20 000 crayons, 3 000 règles & équerre, 2 500 ardoises /  2 000 craies / 60 dictionnaires, etc.)

• 30 véhicules 4x4 reliés par radio et des camions dont une citerne de 1 000 litres et un camion frigo

• 12 mois de préparation

• 2 voyages de repérage.

• Plus de 4 200 repas servis pendant la semaine.

 

 

© Gao voyages 2016 - Contact - CGV - Mentions légales

Les écoles du désert Conçue et imaginée par l’Agence GAO, Les écoles du désert, opération d’aventure humanitaire unique au monde, a vu le jour en 1992, permettant ainsi chaque année à 75 enfants, âgés de 11 à 13 ans, sélectionnés par un concours de dessin, de partir une semaine en Afrique pour distribuer du matériel scolaire. Du Niger à la Mauritanie, en passant par le Bénin, le Togo, le Burkina Faso et le Mali, des villes mythiques comme Agadez, Chinguetti, ou Tombouctou, en passant par de plus petits villages comme Timia, Terjit ou Irelli, ce sont plus de 40 000 écoliers africains qui ont reçu en 22 ans, plus de 150 tonnes de fournitures de base (cahiers, stylos, ardoises, craies...) distribuées par plus de 1515 enfants français, belges ou luxembourgeois. Mais, au-delà des frontières, unies par l'enfance, Les écoles du désert, c’est une action à double vocation : fournir du matériel scolaire d’une part et découvrir une autre culture d’autre part.
Les écoles du désert Conçue et imaginée par l’Agence GAO, Les écoles du désert, opération d’aventure humanitaire unique au monde, a vu le jour en 1992, permettant ainsi chaque année à 75 enfants, âgés de 11 à 13 ans, sélectionnés par un concours de dessin, de partir une semaine en Afrique pour distribuer du matériel scolaire. Du Niger à la Mauritanie, en passant par le Bénin, le Togo, le Burkina Faso et le Mali, des villes mythiques comme Agadez, Chinguetti, ou Tombouctou, en passant par de plus petits villages comme Timia, Terjit ou Irelli, ce sont plus de 40 000 écoliers africains qui ont reçu en 22 ans, plus de 150 tonnes de fournitures de base (cahiers, stylos, ardoises, craies...) distribuées par plus de 1515 enfants français, belges ou luxembourgeois. Mais, au-delà des frontières, unies par l'enfance, Les écoles du désert, c’est une action à double vocation : fournir du matériel scolaire d’une part et découvrir une autre culture d’autre part.
Les écoles du désert Conçue et imaginée par l’Agence GAO, Les écoles du désert, opération d’aventure humanitaire unique au monde, a vu le jour en 1992, permettant ainsi chaque année à 75 enfants, âgés de 11 à 13 ans, sélectionnés par un concours de dessin, de partir une semaine en Afrique pour distribuer du matériel scolaire. Du Niger à la Mauritanie, en passant par le Bénin, le Togo, le Burkina Faso et le Mali, des villes mythiques comme Agadez, Chinguetti, ou Tombouctou, en passant par de plus petits villages comme Timia, Terjit ou Irelli, ce sont plus de 40 000 écoliers africains qui ont reçu en 22 ans, plus de 150 tonnes de fournitures de base (cahiers, stylos, ardoises, craies...) distribuées par plus de 1515 enfants français, belges ou luxembourgeois. Mais, au-delà des frontières, unies par l'enfance, Les écoles du désert, c’est une action à double vocation : fournir du matériel scolaire d’une part et découvrir une autre culture d’autre part.
Les écoles du désert Conçue et imaginée par l’Agence GAO, Les écoles du désert, opération d’aventure humanitaire unique au monde, a vu le jour en 1992, permettant ainsi chaque année à 75 enfants, âgés de 11 à 13 ans, sélectionnés par un concours de dessin, de partir une semaine en Afrique pour distribuer du matériel scolaire. Du Niger à la Mauritanie, en passant par le Bénin, le Togo, le Burkina Faso et le Mali, des villes mythiques comme Agadez, Chinguetti, ou Tombouctou, en passant par de plus petits villages comme Timia, Terjit ou Irelli, ce sont plus de 40 000 écoliers africains qui ont reçu en 22 ans, plus de 150 tonnes de fournitures de base (cahiers, stylos, ardoises, craies...) distribuées par plus de 1515 enfants français, belges ou luxembourgeois. Mais, au-delà des frontières, unies par l'enfance, Les écoles du désert, c’est une action à double vocation : fournir du matériel scolaire d’une part et découvrir une autre culture d’autre part.
Les écoles du désert Conçue et imaginée par l’Agence GAO, Les écoles du désert, opération d’aventure humanitaire unique au monde, a vu le jour en 1992, permettant ainsi chaque année à 75 enfants, âgés de 11 à 13 ans, sélectionnés par un concours de dessin, de partir une semaine en Afrique pour distribuer du matériel scolaire. Du Niger à la Mauritanie, en passant par le Bénin, le Togo, le Burkina Faso et le Mali, des villes mythiques comme Agadez, Chinguetti, ou Tombouctou, en passant par de plus petits villages comme Timia, Terjit ou Irelli, ce sont plus de 40 000 écoliers africains qui ont reçu en 22 ans, plus de 150 tonnes de fournitures de base (cahiers, stylos, ardoises, craies...) distribuées par plus de 1515 enfants français, belges ou luxembourgeois. Mais, au-delà des frontières, unies par l'enfance, Les écoles du désert, c’est une action à double vocation : fournir du matériel scolaire d’une part et découvrir une autre culture d’autre part.
Les écoles du désert Conçue et imaginée par l’Agence GAO, Les écoles du désert, opération d’aventure humanitaire unique au monde, a vu le jour en 1992, permettant ainsi chaque année à 75 enfants, âgés de 11 à 13 ans, sélectionnés par un concours de dessin, de partir une semaine en Afrique pour distribuer du matériel scolaire. Du Niger à la Mauritanie, en passant par le Bénin, le Togo, le Burkina Faso et le Mali, des villes mythiques comme Agadez, Chinguetti, ou Tombouctou, en passant par de plus petits villages comme Timia, Terjit ou Irelli, ce sont plus de 40 000 écoliers africains qui ont reçu en 22 ans, plus de 150 tonnes de fournitures de base (cahiers, stylos, ardoises, craies...) distribuées par plus de 1515 enfants français, belges ou luxembourgeois. Mais, au-delà des frontières, unies par l'enfance, Les écoles du désert, c’est une action à double vocation : fournir du matériel scolaire d’une part et découvrir une autre culture d’autre part.
Les écoles du désert Conçue et imaginée par l’Agence GAO, Les écoles du désert, opération d’aventure humanitaire unique au monde, a vu le jour en 1992, permettant ainsi chaque année à 75 enfants, âgés de 11 à 13 ans, sélectionnés par un concours de dessin, de partir une semaine en Afrique pour distribuer du matériel scolaire. Du Niger à la Mauritanie, en passant par le Bénin, le Togo, le Burkina Faso et le Mali, des villes mythiques comme Agadez, Chinguetti, ou Tombouctou, en passant par de plus petits villages comme Timia, Terjit ou Irelli, ce sont plus de 40 000 écoliers africains qui ont reçu en 22 ans, plus de 150 tonnes de fournitures de base (cahiers, stylos, ardoises, craies...) distribuées par plus de 1515 enfants français, belges ou luxembourgeois. Mais, au-delà des frontières, unies par l'enfance, Les écoles du désert, c’est une action à double vocation : fournir du matériel scolaire d’une part et découvrir une autre culture d’autre part.
Les écoles du désert Conçue et imaginée par l’Agence GAO, Les écoles du désert, opération d’aventure humanitaire unique au monde, a vu le jour en 1992, permettant ainsi chaque année à 75 enfants, âgés de 11 à 13 ans, sélectionnés par un concours de dessin, de partir une semaine en Afrique pour distribuer du matériel scolaire. Du Niger à la Mauritanie, en passant par le Bénin, le Togo, le Burkina Faso et le Mali, des villes mythiques comme Agadez, Chinguetti, ou Tombouctou, en passant par de plus petits villages comme Timia, Terjit ou Irelli, ce sont plus de 40 000 écoliers africains qui ont reçu en 22 ans, plus de 150 tonnes de fournitures de base (cahiers, stylos, ardoises, craies...) distribuées par plus de 1515 enfants français, belges ou luxembourgeois. Mais, au-delà des frontières, unies par l'enfance, Les écoles du désert, c’est une action à double vocation : fournir du matériel scolaire d’une part et découvrir une autre culture d’autre part.
Les écoles du désert Conçue et imaginée par l’Agence GAO, Les écoles du désert, opération d’aventure humanitaire unique au monde, a vu le jour en 1992, permettant ainsi chaque année à 75 enfants, âgés de 11 à 13 ans, sélectionnés par un concours de dessin, de partir une semaine en Afrique pour distribuer du matériel scolaire. Du Niger à la Mauritanie, en passant par le Bénin, le Togo, le Burkina Faso et le Mali, des villes mythiques comme Agadez, Chinguetti, ou Tombouctou, en passant par de plus petits villages comme Timia, Terjit ou Irelli, ce sont plus de 40 000 écoliers africains qui ont reçu en 22 ans, plus de 150 tonnes de fournitures de base (cahiers, stylos, ardoises, craies...) distribuées par plus de 1515 enfants français, belges ou luxembourgeois. Mais, au-delà des frontières, unies par l'enfance, Les écoles du désert, c’est une action à double vocation : fournir du matériel scolaire d’une part et découvrir une autre culture d’autre part.